E3 2018: le grand bilan des constructeurs!

Le salon californien ayant fermé ses portes ce vendredi 15 juin, il est temps de faire le point sur cette édition 2018. Allant de surprises en surprises, plus ou moins bonnes, voici le compte rendu de cette grande-messe du jeu vidéo.

0

Xbox: la consécration

Premier constat : la concurrence attendue était au rendez-vous. Dès la première conférence tenue d’une main de maître par Microsoft (Le récap’ disponible ici), le spectacle était présent. 50 jeux présentés, un rythme frénétique et des “world premiere” en pagaille, ont fait de cette prise de parole la conférence la plus réussie de ce salon de l’E3. De quoi redorer l’image de la marque Xbox qui aura bien été malmenée sur cette génération de console.

Un constat positif dans l’ensemble, cependant un point vient ternir la conférence : les exclusivités. En effet, la plupart des titres présentés pour la première fois sur la scène de Microsoft seront aussi disponibles sur notre console favorite. Mais avec l’acquisition de nouveaux studios exclusifs, Microsoft a envoyé un message fort, celui d’un constructeur qui apprend de ses erreurs et qui prépare l’avenir.


Playstation: la confirmation

On poursuit avec notre constructeur star : Playstation (le récap’ ici). Et là, la philosophie de cette présentation est bien différente : des exclusivités avant tout. Annoncés en amont, le focus sur les quartes titres majeurs que sont Last of Us 2, Ghost of Tsushima, Death Stranding et Spiderman, qui ont réussi à nous émerveiller.

L’aspect technique et l’univers respectifs de ces titres ont fait le show avec des séquences de gameplay fortes et contemplatives. Ajoutons à cela l’annonce de nouveaux titres inattendus comme Control le nouveau jeu de Remedy, le surprenant Nioh 2 et la confirmation tant attendue de Resident Evil 2 remake prévu pour le 25 janvier 2019, Sony avait de quoi enfoncer le clou et écraser la concurrence.

Alors pourquoi cette conférence n’est elle pas la meilleure ? La réponse est très simple : les dates de sortie. Nous sommes entrés dans les dernières années de vie de cette génération, il aurait été préférable d’être plus concret dans la temporalité des titres avec au moins une année de sortie afin d’éviter que la machine à rêves ne s’émousse à l’image de l’annonce d’un certain remake au héros blondinet et de sa grosse épée. Mais il n’en reste pas moins que l’E3 du géant nippon reste une franche réussite. Il ne reste plus qu’à attendre impatiemment de mettre la main sur ses titres prometteurs et patienter paisiblement jusqu’à la prochaine génération.


Nintendo: la controverse

Le bal des constructeurs s’est conclu par le plus ancien des constructeurs : Nintendo. Un constructeur à part. Toujours en marge de ses concurrents depuis le succès historique de la Wii et dont la Switch prend clairement le chemin, on pouvait attendre un très grand Nintendo Direct (le récap’ ici).

On avait bien commencé avec l’arrivée sur Switch de titres d’éditeurs tiers : Dragon Ball FighterZ, ARK Survival Evolved, Paladins: Champions du Royaume et même le futur FIFA 19. Côté nouveaux titres exclusifs, les annonces de Super Mario Party et Deamon X Machina ont créé la surprise. Nouvelle idée de gameplay pour l’un, nouvelle licence pour l’autre, du tout bon pour Nintendo. N’oublions pas la présentation de Fire Emblem Tree Houses et des Pokemon Go Evoli et Go Pickachu, simple et efficace.

Les indés ont eux aussi été à la fête avec un trailer récapitulatif des futures sorties parmi lesquelles Overcooked 2 et Hollow Knight pour les plus notables. Et puis le gros morceau, Super Smash Bros Ultimate. Si on était impatient d’en découvrir plus sur le titre, on n’en demandait pas tant. Vingt cinq minutes durant lesquelles le jeu se dévoile dans ses moindres détails, une intention louable mais dont l’exécution laisse à désirer. L’intégralité des jeux précédemment cités a duré en totalité 17 minutes.

Une prise de parole mal gérée qui aura été sanctionnée d’une chute de plus de 9% des actions en bourse de Big N. Mais pas d’inquiétude, avec leur catalogue d’exclusivité et le support des éditeurs tiers, Nintendo a toutes les armes pour affronter l’avenir sereinement.


Le grand gagnant est…

Qui est le grand gagnant? Une question qui chaque année enflamme les communautés de joueurs de tous horizons. Et pour la première fois depuis longtemps, les trois constructeurs ont su convaincre. Les grands gagnants sont en fait les joueurs, qui profitent d’une concurrence saine, dont les idées et les innovations servent l’industrie entière. Ce qui nous restera de cet E3, ce sont de nombreux titres de qualité et un avenir qui se dessine déjà comme celui de la révolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.