La saga Yakuza : jeu vidéo japonais au présent

Histoire de l'enfant terrible de SEGA

0 96

Yakuza, saga mythique de Sega, connaît depuis les remakes « kiwami » de ses 2 premiers épisodes un regain d’intérêt, le 8e épisode canonique déjà sorti au Japon, arrive sur notre continent dans moins de 2 mois. Ce n’est donc pas d’un jeu dont nous allons parler aujourd’hui mais d’un livre, celui du journaliste Victor Moisan, paru chez Third Editions, qui retrace l’histoire de cette saga en tout point unique.

 

Un beau pavé

Avant de parler du contenu, commençons par le bouquin lui même. C’est un beau livre d’un peu plus de 300 pages, avec une couverture épaisse en carton. L’illustration sur la première de couverture représente le tatouage de dragon de Kiryu Kazuma, le héros emblématique de la saga. Le titre du livre « La saga Yakuza, jeu vidéo japonais au présent » est repris sur le côté du dragon avec l’inscription YAKUZA en grosses lettres de couleur rouge sang. Ces lettres ainsi que les écailles noires autour du dragon sont légèrement en relief et en brillant qui contraste avec le mat du reste de la couverture. En haut du titre, se trouve le nom de l’auteur, Victor Moisan, et en bas le logo de Third Editions.

 

La quatrième de couverture représente des carpes koï comme sur le tatouage d’Akira Nishikiyama, ami d’enfance puis ennemi de Kiryu dans le premier opus. On y trouve également une présentation de l’ouvrage ainsi que son prix : 29,90€.

Third Editions propose également pour cet ouvrage une édition limitée « First Print » comprenant :

  • le livre La Saga Yakuza
  • une couverture alternative de Dave Zhang (artiste derrière les illustrations promotionnelles de Katana Zero)
  • une jaquette réversible reprenant la couverture de l’édition classique et la couverture alternative
  • un ex-libris de Dave Zhang
  • L’ebook aux formats ePub et MOBI

Pour un prix de 34,90€.

 

A propos de l’auteur

La saga Yakuza : jeu vidéo japonais au présent est le premier livre de Victor Moisan. Il vit à Kyoto où il enseigne depuis 2013. Auteur d’articles sur le jeu vidéo et le cinéma, il participe ou a participé aux revues Carbone, Games, JV et a publié de nombreux articles sur les sites de Merlanfrit, Gamekult, Chro ou Le Monde-Pixels.

 

L’homme à l’origine de la légende

Avant tout développement à propos des jeux Yakuza, l’auteur nous propose une petite biographie de l’homme à l’origine de la saga à succès de Sega : Toshihiro Nagoshi. De son enfance provinciale à son arrivée à Tokyo, en passant par son embauche chez Sega et son apprentissage auprès de Yu Suzuki (Shenmue), on y découvre un homme perfectionniste, ambitieux et très déterminé. Véritable cinéphile et fréquentant régulièrement Kabukicho, le quartier nocturne qui lui inspira Kamurocho, Nagoshi aura toujours porté ses idées jusqu’au bout, souvent à contre-courant de l’industrie vidéo-ludique et de sa hiérarchie chez Sega. L’Histoire lui aura donné raison puisqu’il a toujours gravi les échelons de l’entreprise et bâti une licence unique qui compte de nombreux fans non seulement au Japon, mais aussi dans le reste du monde.

L’auteur revient également sur l’équipe que Nagoshi a formée autour de lui, dont beaucoup font partie depuis le début ou presque.

 

Pourquoi Yakuza?

Yakuza est donc né de l’idée de Nagoshi qui souhaitait réaliser un jeu pour un public adulte, et plus précisément un public masculin adulte. Mais c’était également pour lui le besoin de répondre à sa manière au phénomène GTA, à son monde ouvert, sa violence aussi libre que gratuite… 

 

L’auteur nous propose également une brève historique de la pègre japonaise, de ses débuts à sa quasi fin actuelle, en passant par son apogée, son parcours étant très lié aux différentes ères politiques et économiques de l’archipel nippon.

Nagoshi a donc toujours été inspiré tant par le cinéma de genre, que par la réalité aussi bien passée que présente.

 

Yakuzanalyse

Le contexte bien posé, Victor Moisan nous détaille chaque épisode canonique de la licence, en faisant un résumé de l’histoire et en le replaçant également dans le contexte de son époque. On y apprend donc les conditions dans lesquelles chaque jeu a été développé ainsi que les références aux actualités sociétales japonaises, toujours très présentes dans les différents opus de la licence, faisant de celle-ci un véritable témoin historique du Japon.

Les spin-offs tels que Kenzan!, Ishin! ou Deads Souls sont également abordés.

 

Bonus

Pour clôturer cet ouvrage, l’épilogue est consacré à Yakuza : Like a Dragon, déjà disponible au Japon et dont la sortie a été récemment avancée au 10 novembre prochain chez nous. Nouveau personnage, nouveau gameplay, dans un contexte où la grande époque des Yakuzas est bel et bien derrière nous et où la licence de Sega semble attirer moins de joueurs au fil des épisodes…

 

Enfin, nous avons droit à une chronologie des sorties, à une carte du Japon de Yakuza et à la bibliographie des références citées dans l’ouvrage.

 

Conclusion

En tant que fan de la licence, j’ai énormément apprécié ce livre, dont j’essaie de n’en dévoiler que le minimum ici pour des raisons évidentes. J’en ai beaucoup appris sur Toshihiro Nagoshi, sur la façon dont il a imaginé et conçu ses jeux. Amateur du Japon mais n’en suivant pas toute l’actualité, j’ai également appris à quel point les différents épisodes de la série y étaient liés. Lors des résumés de ces épisodes, les images nous viennent directement en tête, et ceux-ci nous donnent envie de reprendre la manette et de retourner arpenter les rues de Kamurocho…

Un ouvrage à recommander sans modération à tous les fans de cette saga unique en son genre !

Vous pouvez télécharger un extrait du livre ici.

Vous pourriez aussi aimer

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.