[TEST] Submersed, plongée en eaux troubles

Jack Ballard, dans son hélicoptère de sauvetage des gardes-côtes vient de recevoir un appel de détresse de la plateforme de recherche Attwater Corp. Son collègue s’inquiète pour lui ; en effet, Jack vient de perdre sa femme, il ne faudrait pas perdre ses moyens à cause d’un stress post-traumatique…

Et vous y voilà, débarqué en pleine tempête, à tâcher de comprendre ce qu’il se passe. Et ça ne va pas être extrêmement compliqué. Un autre personnage vous donnera des indications quant à ce que vous devez faire. Vous trouverez également quelques notes qui vous permettront de comprendre les tenants et aboutissants des expériences menées dans ces laboratoires.

Tada tada tatatatatata…

L’histoire ne sera pas complexe à comprendre, malgré une localisation uniquement en anglais pour les voix, mais avec des sous-titres en français. On regrettera toutefois la désynchronisation entre les dialogues et la traduction.

Wikipédia n’a qu’à bien se tenir

Le jeu est découpé en petits chapitres, huit au total, qui seront relativement courts, et ponctués de point de contrôle réguliers ; ce qui ne sera pas un mal si vous veniez à décéder souvent…

Parce qu’en effet, bien que peu de personnage peuplent la plateforme, elle n’est pas sans danger pour autant. De bons gros poissons mangeurs d’hommes parsèmeront votre périple. Les développeurs ont voulu ici rendre un hommage aux films du genre des années 80-90, tant sur le fond que sur la forme. L’ambiance se veut claustrophobique et stressante.

Laissez votre cœur vous guider

Le stress sera d’ailleurs l’une des données à prendre en compte. En effet, vous êtes mis dans l’ambiance dès l’atterrissage sur la plateforme. Votre cœur bat la chamade et vous l’entendez. Ce doux battement vous accompagnera sur une très (!) longue partie du chemin. En effet, vous ne pourrez vous calmer que si vous vous injectez des anxiolytiques, afin de faire baisser votre rythme cardiaque. Sans cela, votre vision sera légèrement brouillée et vous bénéficierez d’un bel effet tunnel.

Les paramètres à prendre en compte

En parallèle de votre stress vous devrez faire attention à votre santé, ainsi que votre jauge d’oxygène. Cette dernière reste cependant anecdotique, je ne m’en suis jamais préoccupé. La santé elle baisse très vite. Si un carcharodon carcharias vous choppe, vous n’aurez guère plus de trois morsures avant d’avoir à recommencer.

Le jeu vous propose des armes de défense, mais tellement réduites, que vous aurez grand intérêt à éviter ces bestioles. Vous aurez moyen de fabriquer quelques éléments afin de vous faciliter la vie. L’inventaire est très réduit, vous n’aurez droit qu’à huit objets, mais vous pourrez en stocker dans des coffres-forts, rendant vos objets accessibles depuis n’importe lequel d’entre eux. Certains se combineront entre eux pour vous fournir un nouvel objet utilisable.

On ne pêche pas le gros en étant monté fin

Le tout restera relativement simple, pas besoin d’explications sans fin. Il suffit de jeter un œil dans son inventaire pour avoir l’objectif en cours et votre montre vous indique votre état. Dommage que l’interface soit si austère… Même pas de petits raccourcis pour allumer sa lampe par exemple… Ç’aurait été bien pratique, parce que les couloirs sont tellement sombres… Beaucoup trop à mon goût, ça gâche vraiment l’expérience de jeu. Et pas moyen de régler la luminosité ou la taille de l’affichage (si bien que certaines informations débordaient de mon écran).

Cependant, les espaces éclairés mériteraient parfois de rester dans l’ombre. Certaines textures sont particulièrement moches, les flammes sont un peu à l’ancienne, etc. Les bruitages auraient mérité un travail peut-être plus qualitatif : les bruits de pas ne collent pas du tout, vos battements de cœur, ça partait d’une bonne intention, mais sur la longueur, ça devient plus que stressant, pénible.

Et ça n’est pas la maniabilité du personnage qui sauve les meubles. Une sensation de lourdeur vous envahi… Compréhensible quand vous revêtez un scaphandre, c’est beaucoup moins drôle à pied…

VERDICT
Conclusion
L’ambiance stressante est bien retranscrite somme toute, mais les finitions ne rendent pas justice au concept. Bien que le jeu soit relativement court (comptez 4-5 heures par run maximum), l’envie d’y rejouer pour trouver tous les éléments que vous avez ratés n’est pas là. L’histoire reste trop simple pour donner envie de trouver des détails supplémentaires.
Note des lecteurs0 Note
0
✅ Points forts
Ambiance stressante, oppressante, claustrophobique
Sauvegardes fréquentes
❌ Points faibles
C’est sombre… trop sombre
Le stress… qu’est-ce que ça stress…
Les finitions gâchent le plaisir
L’histoire ne vous tiendra guère en haleine…
5
/10
Article en relation
Warriors Orochi 4 Logo du jeu
[TEST] Warriors Orochi 4, un nombre record de personnages