428 Shibuya Cramble: Le Visual Novel à son paroxysme

0
Version du jeu fourni par l’éditeur, testée sur ma PS4 Pro

428: Shibuya Scramble est un jeu d’enquête de SpikeChunsoft qui a finalement été localisé en anglais sur PlayStation 4 et PC après sa sortie originale en 2008 pour la Nintendo Wii et sur d’autres plateformes au Japon. Shibuya Scramble dispose d’une forte distribution de personnages, un mécanisme de chronologie inspiré, et un sens aigu du mystère et de l’humour, le tout dans un anglais irréprochable ( vous l’aurez compris, pas de VF pour ce visual novel ).


Le point de départ de toute bonne enquête

428: Shibuya Scramble raconte l’histoire d’une affaire d’enlèvement qui devient bien plus importante au fil du temps. Une jeune femme prénommée Maria Osawa a été enlevée la veille au soir et une demande de rançon a été formulée. Sa soeur jumelle, Hitomi Osawa, devra se présenter à la statue de Hachikō avec 50 millions de yens mallette en main. Shinya Kano est un détective affectée à l’affaire et Achi Endo est un jeune homme qui se trouve à proximité de l’échange. Ces deux personnages s’entrelacent à des points spécifiques de l’histoire et sont utilisés pour expliquer la mécanique principale du jeu, le chronogramme ou timeline appelez-ça comme vous voulez.

Voilà la configuration de 428: Shibuya Scramble, le roman non-visuel de ChunSoft acclamé par la critique en 2008 et qui a réussi à atteindre l’Occident au cours de l’année 2018. 428 met le joueur dans la peau de cinq protagonistes au cours d’une seule journée dans le quartier de Shibuya (coucou Mr Bicsay) , chaque chapitre équivaut moyennement à une heure (heure réelle du jeu). Sans s’en rendre compte, leurs chemins vont s’entrecroiser avec généralement une fins désastreuse. Il incombe donc au joueur de s’assurer que tous les cinq se rendent à la fin de chaque heure en un seul morceau.

Le premier choix que le jeu nous propose

Des personnages hauts en couleur

Le tracé complexe de 428 et ses personnages sont en grande partie responsable de l’originalité particulière du jeu. Il y a Kano, un détective novice chargé de sauver les sœurs Osawa et d’attraper leurs ravisseurs. Achi, un chef de gang éco-responsable qui finit par aider Hitomi à échapper à la capture. Minorikawa, un journaliste exécrablement odieux qui tente de sauver son magazine à potins en panne. Kenji, père inquiet des sœurs Osawa et virologue expérimentale et Tama, une fille en costume de chat qui tente désespérément de vendre des produits de perte de poids qui pourraient bien être la clé de tout.

La façon dont chacune des timelines des personnage se croisent et affectent celle des autres est faite d’une belle manière. Les personnages secondaires entrent et sortent de chaque ligne de temps, avec leurs propres histoires qui nécessitent des décisions correctes pour progresser. Certaines décisions n’aboutissent qu’à une différence de texte tandis que d’autres entraînent des modifications importantes sur le déroulement de l’intrigue. Au début de chaque heure, vous parcourrez l’histoire d’un personnage jusqu’à ce que vous atteigniez un bloc ou une mauvaise fin qui donne un indice sur la manière d’éviter cela.

Le carnet du détective rempli de dicton parfois … foireuses

La Time Chart à 50 fins différentes

Le cœur du gameplay de 428 est son système Time Chart, comprenez timeline. Lorsque l’histoire de chaque personnage est parallèle, le joueur peut, et doit, échanger entre eux à tout moment en appuyant sur le bouton triangle pour afficher le graphique chronologique. Un organigramme apparaît et montre la position de chaque personnage au cours de l’heure dans des blocs de cinq minutes. De temps en temps, l’histoire d’un protagoniste se verrouille avec un signe KEEP OUT, généralement juste avant une révélation sur une partie d e l’histoire. Celles-ci peuvent être déverrouillées en sautant sur la ligne de temps d’un autre personnage et en gardant un œil sur le texte rouge qui fait référence au personnage verrouillé. Il y a aussi le texte bleu plus commun, qui distille des conseils qui peuvent faire allusion à ce qui est à venir. 

La Time Chart est séquence en segment de 5 minutes

Quand vous êtes bloqué, vous essayez différentes décisions, sautez à travers des blocs d’histoires et heurtez occasionnellement une impasse. C’est à ces moments, où vous avez trouvé un bloc d’histoire que vous ne savez pas comment passer, que la ligne de temps sautant peut devenir un problème. Il peut être difficile de trouver ces textes mises en évidence car elles ne peuvent apparaître que si vous choisissez la bonne réponse de dialogue ou lisez chaque annotation proposée par le jeu.

Me retrouver dans une impasse signifiait parfois que je devais simplement parcourir la chronologie de chaque personnage à la recherche de décisions, essayer des réponses alternatives et espérer que c’était la combinaison correcte qui me permettrait de continuer. C’était parfois frustrant, notamment vers la fin lorsque le récit commençait à atteindre son point culminant. Lorsque vous prenez un bon chemin, en reconnaissant les indices du contexte et en faisant des allers-retours entre les échéances et en alignant les actions pour atteindre la fin, ça provoque en vous un tel sentiment de bien-être.

Une réalisation et un humour décapant

L’un des éléments particulièrement uniques et mémorables de 428 est son utilisation de la photographie. Les milliers de photos prises pour illustrer l’histoire accentuent parfaitement le texte, tout comme l’impressionnante mise en scène et l’utilisation de plans rapprochés et de couleurs. Le texte est diffusé de manière à interpréter l’histoire : gros mots bruyants apparaissant soudainement pour les mettre en évidence, défilement lent des textes ou fondus pour les moments de tension et les révélations terrifiantes. La musique et les effets sonores sont également utilisés pour mettre en évidence des scènes et des événements particuliers. Occasionnellement, un clip de FMV ou une image animée peut apparaître pour souligner quelque chose, comme un événement grave ou un moment plus comique.

Le merveilleux mélange de texte, d’images photo et de son est particulièrement bien illustré dans plusieurs scènes du scénario d’Osawa. Osawa est incroyablement stressé par l’enlèvement de Maria et du conflit qu’il entretient avec sa femme, la combinaison d’une mise en scène photo intelligente, d’une utilisation clairsemée du son et d’une présentation de texte minutieuse aide vraiment à communiquer l’angoisse qu’il traverse. Au fur et à mesure de son irritation face aux fréquentes interventions d’un détective de police stationné chez lui,, vous commencez à voir des couleurs intenses et des gros plans sur les photos qui soulignent la contrariété croissante qu’il ressent. C’est un excellent exemple de la façon dont le genre du roman visuel peut transformer le mot écrit de manière engageante.

Sasayama, rien que sa tète …

L’humour de 428 est partagé par plusieurs personnages, notamment Sasayama, un détective travaillant aux côtés de Kano qui se déguise dans le cadre de son enquête. Kajiwara, un autre détective de la famille Osawa qui est terriblement ennuyeux et socialement maladroit, et Yanagishita, un homme qui se fait avoir à plusieurs reprises. Les déguisements de Sasayama et sa façon de parler le rendent très attachant. L’insistance continuelle de Kajiwara pour qu’Osawa apprécie une banane est aussi un gag récurrent qui fait son effet et vous fait sourire à coup sûr. Yanagishita, qui est le patron de Tama tente d’escroquer un public peu méfiant en leur vendant des boissons amaigrissantes , il est probablement le personnage le plus drôle et outrancier du jeu. Yanagishita a tellement de visages et de poses extravagantes, et même s’il n’a pas de voix, on peut très bien l’entendre dans le texte.

Un sentiment de ventre vide

Bien que l’humour réside tout au long de 428: Shibuya Scramble, il s’agit avant tout d’un drame mystérieux et il réussit à développer une histoire captivante parsemée de questions et de réponses. Chaque personnage que vous rencontrez est défini non seulement par leur apparence unique, mais aussi par leur personnalité unique. La manière dont chaque personnage, et son arc respectif, est tissé entre les lignes de temps est logique, et permet de tirer des conclusions satisfaisantes de vos actions.

Malgré mes petites frustrations sur la façon dont je suis finalement parvenu à l’épilogue, le jeu a eu le mérite de provoquer en moi pas mal d’émotions. J’avais appris à connaître ces personnages et à les voir dans des situations difficiles. J’étais vraiment inquiet quand certains étaient mis en danger, et je me retrouvais souvent en train de ricaner devant certaines situations ou à la fin que j’avais débloqué. 428 : Shibuya Scramble a laissé un sentiment de vide dans mon estomac une fois que je l’avais fini, quand j’ai réalisé que mon temps avec ces personnages était terminé. C’est un sentiment familier, qui ponctue la fin d’histoires que j’ai toujours été triste à lire.

8.5
Convaincant

428 est un spécimen à part entière, une aventure spéciale et unique. Sans parler de perfection, il est difficile de penser à beaucoup d'autres jeux qui allient la narration textuelle à des graphismes visuels et sonores bien construits. Si vous voulez un jeu axé sur l'histoire et les personnages avec une présentation que vous ne verrez nulle part ailleurs, 428 est votre jeu.

  • Note Globale 8.5

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.