Test de The Sinking City : l’indicible arrive sur PS4

2 421

Frogwares est un studio de développement Ukrainien connu pour ses adaptations convaincantes de Sherlock Holmes en jeu vidéo. Après avoir tenté de croiser les univers de Arthur Conan Doyle et H.P. Lovecraft en 2006 dans “Les Aventures de Sherlock Holmes : La Nuit des sacrifiés”, le studio revient avec un jeu cette fois-ci consacré à l’œuvre de Howard Phillips Lovecraft : The Sinking City.

 

In my restless dreams I see that town… Oakmont

 

Charles Reed a des visions. Fantomatiques et cauchemardesques, elles le hantent, jusqu’au jour où il reçoit un courrier d’un certain Johannes Van Der Berg qui l’invite à venir dans la ville d’Oakmont, de nombreux habitants souffrants des mêmes visions. Reed, détective aguerri, décide donc de s’y rendre, car il le sent, c’est là bas qu’il trouvera enfin les réponses à toutes ses questions.

L’univers de Lovecraft est connu pour être riche, terrifiant mais aussi mystérieux et ce qui rend effrayant tous ces récits, ce sont justement ces monstres et entités ineffables, la peur de l’indicible. Dans de telles circonstances, il est difficile de rendre justice à cette œuvre via un art comme le cinéma ou le jeu vidéo, car donner forme à ses “choses”, fait perdre de leur aura, et donc de leur impact, ce qui explique pourquoi de nombreux cinéastes ou développeurs se sont cassés les dents sur ces adaptations. 

The Sinking City est fidèle à l’œuvre originale et rien que pour cela, il vaut d’être découvert. Il est évident que les développeurs connaissent bien le mythe du Cthulhu, dont s’inspire très largement le jeu, ainsi que les autres nouvelles de l’auteur. Les couleurs, les lumières, les habitants et leurs “mutations”, ces horreurs qui hantent la ville, tout y est. Et si bien sûr, comme dit précédemment, le fait de donner vie à tout cet univers, de l’avoir sous nos yeux, lui fait inéluctablement perdre de sa substance, il faut féliciter le travail des artistes de Frogwares qui reste exemplaire et au mieux de ce que l’on puisse faire pour rendre hommage à ce monument de la littérature

 

We Love Craft

 

Pour la partie gameplay, le jeu ne dépaysera pas ceux qui ont joué aux Sherlock Holmes du même développeur. On arpente la ville, on interroge des témoins, on récolte des indices. Tout comme dans Sherlock Holmes une fois ces indices réunis, ils forment une sorte “d’arbre” dans le menu et c’est à nous d’estimer si oui ou non, tel ou tel personnage est coupable, et s’il est coupable, mérite-t-il d’être puni, ou alors les raisons de son crime sont elles légitimes? Attention, vos choix finiront par vous orienter petit à petit vers une des différentes fins disponibles. 

Comme dans Sherlock Holmes il sera encore possible de “visualiser” ce qu’il s’est produit sur un lieu, via une sorte de vision dont peut disposer Reed grâce à son sixième sens, mettant en scène des silhouettes dans diverses situations qu’il faudra remettre dans l’ordre pour débloquer un indice crucial. La récolte d’indice pourra prendre une forme aussi plus classique, par la lecture de documents divers, ainsi que des recherches dans les nombreuses archives dont dispose la ville (police, mairie, bibliothèque, etc).

Mais The Sinking City ne se contente pas de reprendre la formule Sherlock Holmes. En effet le monde ouvert d’Oakmont est bien plus vaste que celui des jeux Holmes. Il est également possible de le parcourir en barque à moteur, ainsi que d’y faire de la plongée sous-marine pour atteindre des zones tout aussi importantes qu’effrayantes. La jouabilité reste, de plus, bonne dans toutes les actions possibles dans le jeu, aucun souci.

Des ennemis à combattre seront aussi de la partie, monstres en tout genre, humains non coopératifs, il y a de quoi faire. Et pour cela vous serez équipé d’une pelle pour le corps-à-corps, et d’armes à feu pour les gunfight. Vous aurez donc à récupérer des matériaux un peu partout puis ensuite les crafter pour produire des munitions, kits de soins, entre autre. Le jeu dispose aussi d’un arbre de compétence ou vous pourrez par exemple augmenter votre endurance, barre de vie, capacité de vos chargeurs et ainsi de suite. Enfin le jeu propose plusieurs modes de difficultés pour les combats ainsi que pour les énigmes, pour une durée de vie allant de la quinzaine à la vingtaine d’heures, si vous voulez compléter toutes les quêtes annexes.

 

Une barque à moteur et pourtant on rame.

 

Esthétiquement le jeu est superbe. Les graphismes sont très fins, des personnages jusqu’aux décors, tout est sublime, Frogwares a vraiment fait des progrès à ce niveau et c’est vraiment agréable de parcourir les rues d’Oakmont. Cependant, techniquement c’est loin d’être le pied. Le test du jeu a été effectué sur une PS4 Slim, en version 1.00 (un patch arrivera peut-être très bientôt) et il a de gros soucis d’optimisation. Tout d’abord ça rame, la ville du jeu étant bien plus vaste que les anciens jeux du studio, et affichant pas mal de choses, il semble que les développeurs ont eu du mal à garder un framerate stable sur PS4, à cela vient se greffer du tearing (coupures horizontales pendant les rotations rapides de caméra), des textures qui apparaissent parfois tardivement et aussi des chargements bien trop longs. Rien de tout ceci n’est, à mon sens, rébarbatif au point d’entacher réellement l’expérience de jeu, mais cela reste tout de même pénible par moment et il est donc important de le noter, au final tout dépend de votre sensibilité face à ces soucis. Espérons que la version PS4 Pro soit mieux lotie.

 

 

badges conseille

 

The Sinking City est très bon. Malgré une partie technique en deçà du reste, l’histoire est vraiment intéressante à suivre, la direction artistique est sublime, le gameplay est au poil et si vous êtes adepte de Lovecraft, ou même simplement d’épouvante/horreur, vous serez ravis. Bravo encore à Frogwares pour avoir réussi à si bien retranscrire, autant que faire se peut, cet univers mythique. 

 

Les plus

  • Fidèle aux écrits de Lovecraft.
  • Mécaniques de jeux bien huilées.
  • Glauque à souhait.
  • Des doublages français de bonne facture.
  • Bonne durée de vie pour le genre.
  • Direction artistique au top mais…

Les moins

  • …Des soucis techniques assez conséquents.
  • Parfois un peu trop semblable aux jeux Sherlock Holmes.

The Sinking City convient aux joueurs:

  • Ayant apprécié les anciens jeux du studio.
  • Aimant l’œuvre de Lovecraft.
Vous pourriez aussi aimer
2 commentaires
  1. AlainB dit

    Ouah merci pour ce test !! Je vais définitivement le prendre, après la semi-deception que fut The Call Of Cthulhu.

    1. SenkiDala dit

      Merci pour ton retour ça fait plaisir!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.