[TEST] Railway Empire, Transport Tycoon en mieux?

Dans la famille des jeux de gestion/simulation/tycoon, Transport Tycoon fait office de référence. Aujourd’hui, l’un de ses descendants spirituels passe entre nos mains: Railway Empire.

Comme son nom l’indique, le titre va se concentrer sur les trains. À vous de venir l’empereur des voies ferrées.

Le train sifflera plus de 3 fois

Sorti 2018, il arrive ici en version Complete Collection. Pour fêter cela, les développeurs nous offre pas moins de 8 DLC en prime. Ainsi, vous ne vous cantonnerez plus seulement aux USA, mais ferez le tour du monde, passant par les Amériques centrale et latine, mais aussi l’Australie et le vieux continents, jusqu’au grand nord.

De plus, les périodes temporelles seront décomposées par tranches d’une vingtaine d’année en général, et les différents mode s’étaleront au total sur un siècle, des débuts au XIXème (1830), jusqu’au milieu XXème(1930). Du début des chemins de fer, jusqu’à l’apogée de la révolution industrielle.

Des événements historiques marqueront votre progression

Il vous appartiendra donc d’accompagner dès le lancement de la campagne (1er mode de jeu) l’une des plus grandes réalisations de ce domaine, en participant à la création de la ligne transcontinentale américaine, pour joindre les côtes est et ouest des USA. Ce mode se partagera sur 5 étapes, qui retraceront des chapitres particuliers de cette aventure.

C’est dans ce mode que vous apprendrez les bases du jeu. De la construction des voies, à l’équipement des trains. La base!

Un détail peut changer beaucoup de choses

Et déjà on note des particularités. En effet, alors qu’on (je) avait l’habitude de choisir les locomotives et wagons de nos équipages, cette fois, ça n’est pas le cas. Le jeu propose par défaut de charger automatiquement les wagons derrière vos motrices. Vous pourrez tout de même choisir les types marchandises que vous souhaiterez déplacer.

Et le jeu n’est pas avare en option de personnalisation. En plus des marchandises, vous pourrez embaucher du personnel à affecter aux lignes que vous allez créer. Ceux-ci permettront d’améliorer un peu les performances, techniques ou financières.

À noter, certains peuvent s’entendre comme larrons en foire, tandis que d’autres vont se détester, cordialement, ou jusqu’à mettre le train en panne…

Par ailleurs, n’oubliez surtout pas de prévoir des arrêts pipi pour vos loco, ou des tours d’assemblage si vous préférez, sinon les trains n’iront pas plus vite que des piétons une fois le stock brûlé.

Ces premiers chapitres se boucleront assez rapidement, à moins que vous ne soyez jusqu’au boutiste du score. En effet, vous aurez une appréciation à chaque fin de chapitre, basée sur vos performances.

Il va de soi que la difficulté est croissante, avec d’ailleurs une courbe relativement ardue. Alors que les premiers chapitres sont assez simple, des échecs peuvent s’enchaîner avant la fin de la campagne. À l’intérieur des chapitres, il en va de même, les premières missions se bouclant très rapidement et aisément, alors que les derniers objectifs réclament une attention renforcée.

Mais tout cela est formateur pour les autres modes!

Vous aurez en effet 3 autres modes à votre disposition:

  • le mode bac à sable, où tout est possible et permis sans limite d’argent
  • le mode libre, où vous pourrez jouer où et quand vous souhaitez, mais avec les contraintes inhérentes au jeu
  • le mode scénarios, sur un principe similaire à la campagne

Le tour du monde en 80 jours (et quelques)

Ce mode scénario est particulièrement riche grâce à cette Complete Collection. Ce ne sont pas moins de 22 chapitres qui vous sont proposés. Et avec un défi assez élevé qui plus est. Je ne saurai que trop vous conseiller d’au moins tous les essayer, afin d’avoir des informations supplémentaires sur les techniques que peut proposer le jeu.

En effet, les différents DLC auront apporté des améliorations au titre, que la campagne ne détaillait pas. Je pense en particulier aux entrepôts et aux postes d’aiguillages.

C’est cependant un reproche que je peux faire déjà au titre. Je le trouve un peu avare en conseil de base et en infobulle. J’ai trouvé par hasard la possibilité de passer le curseur sur les informations grâce à la touche L2…

Toutefois, le titre a bien été pensé pour son ergonomie manette. Les différents menus sont accessibles via un menu circulaire. Celui-ci se compose de 2 cercles, afin de pouvoir accéder à toutes les fonctions.

Les fonctions de base, construction, objectifs, villes et bâtiments, trains

Nouveau petit reproche: on ne peut pas personnaliser ces menus. Je trouve dommage que les fonctions « personnel » et « recherche » ne soient pas dans le 1er cercle.

Huggy les bons tuyaux?

Malgré tout, en plus du contenu, le jeu ne sera pas avare en indicateurs. Si vous êtes férus du genre, vous devriez y trouver votre bonheur. Des classiques bilan financiers trimestriels et annuels, vous aurez la production des bâtiments, le temps de voyage de vos trains etc.

Par ailleurs, vous aurez (régulièrement) des icônes à l’écran, vous donnant des informations supplémentaires. Des lignes inefficaces aux trains en panne, en passant par des alertes météo ou des guéguerres dans vos équipages.

LA météo du vrai nord.
Soyez attentifs ou ça virera au bordel…

Cela s’avérera parfois indispensable pour corriger certaines erreurs qui auront pu se glisser dans vos constructions. En effet, bien que le système soit assez bien prévu, avec un certain magnétisme des voies par exemple, il peut parfois être assez complexe de placer les objets comme vous le souhaiteriez. Typiquement, quand vous devez placer une gare, bien que vous puissiez la faire tourner, le jeu ne permet pas de le faire au degré près, ce qui amène certaines imprécisions et des ennuis par la suite.

De plus, alors que les derniers DLC proposent les postes d’aiguillages, terriblement pratiques pour ne pas à avoir à affecter un quai spécifique à chaque train, vous n’avez pas la possibilité de l’ajouter à une gare qui n’en avait pas. Il faut alors la détruire pour en construire une nouvelle dotée de ces aiguillages.

Autre souci gênant, quand vous placez des signaux de circulation, il est assez complexe de visualiser la taille des trains chargés, ce qui amène parfois à placer des signaux trop proches d’une intersection et ainsi de provoquer un blocage de la ligne complète. Cependant, une option permet de poser plusieurs signaux d’un coup, et le système les place alors convenablement. Cette manipulation demande tout de même un petit coup de main.

Aucun risque de collision, mais si les signaux sont mal mis, vous aurez de beaux embouteillages…
En voiture Simone!

Le nerf de la guerre? Le fric!

Hé oui… On en est tous là. Hormis en mode bac à sable, votre but ultime, c’est d’avoir du fric pour faire ce que vous voulez. Pour cela, vous aurez plusieurs options. La plus importantes sera évidemment de transporter d’un point A à un point B des marchandises. Cela passera par du courrier, de la viande, ou des gens.

Chaque ville aura des besoins spécifiques, et au fur et à mesure que vous les satisferez, les villes monteront de niveau, débloquant ainsi de nouvelles possibilités d’industrie. Des basiques brasseries, aux complexes industries textiles ou sidérurgiques.

Chaque produits de base devra être acheminé de son lieu de production à son lieu de transformation et/ou de consommation.

Afin de gagner encore quelques dollars de plus, vous aurez la possibilités d’acheter ces industries. Une fois votre propriété, vous pourrez les faire monter de niveau afin de renforcer leur productivité.

Petite ferme à vendre?

Vous n’êtes pas seuls!

Hé oui (encore!), vous ne serez pas toujours seul dans ces contrées parfois désolées.

Selon les modes et/ou les scénarios, voire selon l’avancée dans le chapitre, vous pourrez avoir face à vous jusqu’à 3 adversaires/concurrents. Ceux-ci auront un objectif commun avec vous: faire du fric bien sûr.

Ils pourront parfois être un peu casse-pied, à vous héler de leurs remarques, sur leur construction, sur la fiabilité de vos machines, sur leurs installations, etc.

En effet, ils sauront vous dire qu’ils se sont installés à côté de vous, mais le jeu ne vous dira pas où précisément… Vous le découvrirez vous-mêmes un peu plus tard. Parfois ça sera une particulièrement mauvaise surprise, puisqu’ils vous aurons barboté un bout de terrain que vous auriez bien aimé utiliser…

On pourrait se croire seul au monde…
Il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas.

Vous aurez malgré tout la possibilité de contrôler les avancées de vos concurrents, jusqu’à acheter des parts de leur entreprise. Faites tout de même attention, car eux aussi pourront vous acheter. Une fois en possession de 100% de leurs actions, vous pourrez même fusionner.

Cette fusion vous donnera alors accès à l’intégralité du réseau de votre concurrent, ses trains ainsi que ses industries.

Petit détail à prendre en considération: leurs trains roulent à droite!

Autre petit détail: les travaux en cours lors du rachat seront brutalement stoppés! Je me suis retrouvé à plusieurs reprises avec des voies non finies…

On n’arrête pas le progrès

Adage bien connu, qui sera ici illustré par un double arbre de technologie.

Vous aurez en effet au fur et à mesure du jeu des points de recherche à dépenser dans ces arbre. L’un sera en rapport avec les machines elles-mêmes et vous permettra de débloquer des améliorations pour augmenter l’efficacité ou la fiabilité de vos locomotives, ou de faire baisser les prix de vos constructions, etc. L’autre sera plus en rapport avec les marchandises transportées, augmentant ainsi le prix des billets pour les voyageurs par exemple. Mieux vaut prendre le temps de le découvrir en détail, puisqu’ils varient selon la période jouée.

C’est ainsi que vous débloquerez les machines plus puissantes, plus rapides également, et vous pourrez les contempler dans la rotonde. C’est ici que vous pourrez également remplacer vos machines plus anciennes, soit toutes d’un coup, soit par fonction, ou grâce à d’autres options.

Petit coup d’œil sur les caractéristiques de la machine

Par ailleurs, ces différentes technologies pourront parfois être achetées aux enchères, proposées régulièrement, mais également être volées, aléatoirement, aux concurrents grâce à des employés particuliers, les espions.

Ça n’a rien de personnel…

J’avais parlé déjà un peu plus haut de personnel que l’on pouvait affecter aux trains afin d’en améliorer les performances.

En effet, chaque train peut embarque un ingénieur, un chauffeur et un gardien qui amélioreront particulièrement les aspects techniques, fiabilité, vitesse, entretien, etc., mais également un conducteur, qui lui sera en charge des passager et/ou du courrier, afin de faire payer plus cher par exemple.

À ses employés de bord, s’ajoute le personnel de bureau, en les personnes du comptable, de l’ingénieur en chef, d’un géomètre et du chef de gare. Chacun d’eux améliorant pour tout votre réseau certaines caractéristiques, tel que le prix des ponts ou tunnels, ou le temps d’entretien des machines.

Dernière catégories de personnel, les indépendants. Ceux-ci seront des commissaires-priseur par exemple, ou des bandits. Chaque type de personne aura des compétences spécifiques.

Ces personnels sont proposés aléatoirement et régulièrement. Vous avez même la possibilité de recruter en paquet les personnel de bord et de les affecter automatiquement aux trains. À vous de gérer les conflit qui peuvent en résulter…

Allez! Chauffe Marcel!

Malgré tout, la navigation dans les menus est assez aisé pour faire ce que l’on veut et réussir dans nos desseins. Le titre propose une ambiance sonore sympathique (petit bémol pour les concurrents) et visuellement ça n’est pas déplaisant (même quand on est à bord de nos trains).

Conclusion

Le contenu du titre est tout de même particulièrement généreux, avec en prime un défi de bon niveau. L'ergonomie manette ainsi que les indicateurs de gestions sont bien faits. Dans l'ensemble en tous cas, puisque quelques petites imperfections/imprécisions se sont glisser çà et là.

Cependant, le titre connait quelques baisses de régime en fin de parties, quand les réseaux sont bien fournis, de gros ralentissements peuvent apparaître, et causer quelques clics malencontreux. On reste tout de même sur un titre très agréable et qui propose de très nombreuses heures de jeu.

Note des lecteurs0 Note
0
✅ Points forts
Ambiance visuelle et sonore agréable
❌ Points faibles
Quelques imperfections et imprécisions
Manque de quelques explications
Impossible d’améliorer « automatiquement » les gares
Les ralentissements quand le terrain est chargé
La complexité pour se transporter entre des points éloignés
8
/10
Article en relation
[TEST] Massira, une aventure fantastique dans un monde bien réel