[TEST] Shining Resonance Refrain

Bienvenue au pays des dragons

0
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Distributeur/Éditeur : SEGA
  • Développeur : Médias. Vision
  • Genre : Action RPG
  • Date de sortie : 10 juillet 2018
  • Testé sur: PlayStation 4 Pro

Shining Resonance Refrain est un remaster amélioré de Shining Resonance, un titre PlayStation 3 qui était sorti uniquement au Japon il y a presque quatre ans. Il arrive sur les côtes occidentales avec une meilleur résolution/framerate et une nouvelle façon de vivre l’histoire.

Shining Resonance Refrain est la version complète de Shining Resonance comprenant l’intégralité des DLCs intégrant une nouvelle version de l’histoire appelée Refrain. Ce mode vous donne accès à deux personnages spéciaux jouables, mais il est préférable de faire de ce mode après avoir terminer l’histoire original afin d’éviter les spoilers. En parcourant les options, on note le choix entre les doublages anglais et japonais.  Avis aux allergiques de la langue de Shakespeare, aucune option disponible sur le choix de la langue, le jeu est intégralement en anglais.


L’histoire principale est très agréable à suivre. Shining Resonance Refrain se concentre sur un jeune homme nommé Yuma qui contient en lui le pouvoir du Shining Dragon. Cela procure à Yuma un immense pouvoir, cependant, il hésite à l’utiliser par peur de blesser par inadvertance des personnes innocentes.

Les amateurs des Tales Of ne seront pas trop dépaysés

Des combos et des dragons

Le gameplay se laisse prendre en main très rapidement, un tutoriel assez rapide nous explique les bases du jeu, les combats prennent en intensité à mesure que vous progressez et dispose d’une certaine profondeur . Les attaques nécessitent l’utilisation d’AP. Un anneau d’AP entourant votre personnage se vide lorsque vous attaquez, une fois vide, vous n’aurez plus la possibilité d’attaquer, il faudra attendre quelques secondes pour que votre AP se recharge et vous battre à nouveau.

Ici, pas de spam-attack, vous devrez apprendre à gérer vos temps d’inactivité , et préparer une stratégie pour vos prochaines attaques. Les attaques de rupture sont plus lentes que les attaques normales, mais elles aident à briser la défense de l’adversaire. Lorsque la défense d’un ennemie est brisée, il rentre en état de choc, ce qui réduit considérablement leur défense et les rend plus vulnérables à vos attaques. En d’autres termes, si vous avez une chance de briser votre adversaire, n’hésitez pas. Beaucoup de JRPG trébuchent avec des systèmes de combat similaires, mais Refrain réussit à ne pas nous lasser. Tout est présenté de manière réfléchie à travers des menus clairs. Tout comme les combats, tout est très accessible et le gameplay propose une profondeur à celui qui veut s’y intéresser.

De bonnes idées

Certains passages sont en dessins, tandis que d’autres présentent les modèles 3D

Shining Resonance Refrain a deux caractéristiques que je trouve très attrayantes : le Dragonshift et le système B.A.N.D. Le Dragonshift est la capacité de Yuma à exploiter la puissance du Shining Dragon et ainsi se transformer en dragon. Cette forme augmente considérablement la force de Yuma, lui permettant d’infliger des dégâts incroyables, tout en restreignant ses mouvements.

Il peut ainsi attaquer avec ses griffes, tirer des boules de feu et se précipiter en tranchant. Sous cette forme, les MP de Yuma diminuent constamment. S’ils atteignent zéro ou deviennent trop bas, Yuma rentrera dans une rage soudaine, ce qui vous fera perdre le contrôle de votre personnage. Yuma attaquera n’importe qui près de lui, ami ou ennemi. C’est là où le système B.A.N.D devient utile.

Le système B.A.N.D., aussi connu sous le nom d’Hymne de Bataille des Noble Dragonniers, est plus utile qu’il n’y paraît au premier abord. Les Dragoneers manient des armes-instruments appelés Armonics qui leur permettent non seulement de combattre, mais aussi de résonner avec l’énergie du Shining Dragon afin d’augmenter leur force et de travailler ensemble. Dans le menu, vous pouvez choisir un leader pour chaque session, et différents personnages créent des effets différents.

Par exemple, Kirika augmente le taux d’attaques critiques, ainsi que la précision de vos attaques. Lors des combats, un compteur sur le côté gauche de l’écran est divisé en trois segments ; pour activer B.A.N.D., au moins un segment doit être rempli. Une fois activé, le compteur se vide lentement et la session se termine une fois qu’elle est vide. Les sessions B.A.N.D. peuvent également être utilisées pour calmer instantanément Yuma s’il devient fou, une fonctionnalité utile.

Une histoire bien ficelé, mais qui manque de rythme

S’il y a une critique à formuler au sujet de Shining Resonance, ce serait le rythme de l’histoire. Les dialogues ont tendance à traîner en longueur et venir en grandes rafales après certaines phases de jeu. On se retrouve parfois à écouter les personnages pendant près de 15 minutes, difficile donc de rester très concentrer avec une si longue période d’inactivité.

Et c’est dommage, car la structure du titre est simple et généralement bien travaillée. La ville de Marga sert de base à vos opérations. Depuis cette ville vous vous aventurerez dans un monde plus vaste, composé de zones interconnectées, un peu comme dans Final Fantasy XII ou Tales of Xillia.

Ce qui signifie que vous ferez marche arrière de temps en temps, cependant de nouveaux types d’ennemis sont introduits dans chaque environnement au fur et à mesure que l’histoire progresse, de sorte que vous serez jamais à l’abri de rencontrer les mêmes monstres, même si vous avez déjà visité le même endroit plusieurs fois auparavant.

Le principal duo de l’histoire

Refrain n’est pas comme la plupart des titres de JRPG. Le jeu propose un système de dates ( des rencards) complet que vous pouvez partager avec les différentes dames de votre groupe, intéressant à développer pour qui s’y intéresse.

Pendant que vous êtes en ville, vous pouvez demander à l’une de vos compagnons de passer du temps avec lui. Après quelques temps passées ensemble, certains d’entre eux vous demanderont d’aller à des rendez-vous. Ces moments sont une excellente façon d’explorer les personnalités des membres de votre groupe et d’en apprendre davantage sur leur histoire. Le système est intéressant et fait en sorte que vous vous souciez davantage de l’équipe avec laquelle vous travaillez.

Les quêtes annexes sont de toutes formes et de toutes tailles à Magna, les citoyens vous demanderont constamment de l’aide pour collecter des objets et/ou tuer des monstres. Il y a beaucoup de quêtes, certes, le problème est que beaucoup d’entre elles se répètent. Après avoir terminé une quête et dormi dans une auberge, ou juste fait un aller retour en dehors de la ville, certaines de ces quêtes recommencent avec le même objectif et la même récompense, cela peut devenir assez barbant à la longue.

Conclusion

En surface, Shining Resonance Refrain est un RPG japonais banale, mais en creusant plus profondément les fans du genre trouveront une aventure accessible qui s’apprécie étonnamment bien. Un système de combat simple et efficace, une progression simple et gratifiante, sans oublier un système de dates qui ajoute un certain charme au jeu. Le retour de Shining Resonance Refrain dans nos contrée après une décennie n’est certes, pas révolutionnaire, mais fournira beaucoup de plaisir aux amateurs d’action-RPG.

7.5
Agréable
  • Note Globale 7.5

Sega a vu juste en remasterisant un titre qui n'a jamais atteint officiellement nos frontières. Shining Resonance Refrain est en JRPG assez classique sur certains aspects et qui intègre des batailles en temps réel bien menées procurant son lot de fun. Dommage que le jeu ne dispose que de l'anglais.


Connectez-vous pour laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.