[Test] Streets of Rage 4, le retour en force du beat’em up

0 108

Les trentenaires et plus vont être ravis : ce 30 avril signé le retour de la licence culte Streets of Rage. Un quart de siècle après le dernier opus, la franchise référence du beat em up revient pour un quatrième épisode. C’est à 3 studios que l’on doit ce projet un peu fou: 2 français à savoir Dotemu et Lizardcube et un canadien, Guard Crush Games. Mais déterrer une légende peut être à double tranchant : soit c’est un succès, soit on se casse les dents. Qu’en est il pour Streets of Rage 4?

 

 

Le minimum syndical

Le pitch du soft est court : 10 ans après avoir battu Mr X, le patron du Syndicat, Axel, Blaze et Adam pensaient en avoir fini avec cette organisation criminelle. Mais les rejetons de Mr X, les jumeaux Y ont repris la boutique et se sont mis en tête de contrôler absolument tout le monde en ville. Naturellement, cela inclut les armées de punks et de voyous qui zonent dans les bas fonds et à qui il faudra coller une raclée pour pouvoir avancer. Vous l’aurez compris, on n’est pas ici dans un scénario à haut potentiel philosophique, mais honnêtement, on est pas venus pour ça, non?

 

 

Du 16 bits au comic

Alors qu’un nombre incalculable de studios et de développeurs se sont engouffrés dans la vague pixel art, les studios aux manettes du projet sont partis sur une direction artistique toute autre. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça fait mouche! En effet, les graphismes sublimes semblent tout droits sortis d’un comic. C’est vraiment beau, propre et détaillé. Chaque personnage dispose de ses propres animations, de ses propres coups et attaques spéciales. Il n’y a qu’à voir les flammes du « dragon punch » d’Axel pour comprendre quel genre de boulot et d’investissement de la part des développeurs ont été mis dans le projet, et surtout avec quelle passion.

 

 

Les décors eux aussi fourmillent de détails. C’est remplis de tags, d’enseignes néons à l’ancienne et de badauds qui vaquent à leurs occupations. On passera des ruelles crades aux égouts, de Chinatown aux quais du port ou encore dans une galerie d’art, etc…

 

 

Chaque lieu a son ambiance et on retrouvera partout des références aux anciens opus, ainsi que des easter eggs. Il est possible par exemple, d’affronter des boss des anciens jeux en frappant les bornes d’arcade Bare Knuckle (nom japonais de Streets of Rage) avec un taser. Beaucoup d’ennemis seront déjà familiers des amateurs de la licence : Galsia, Signal, Donovan… Tous redessinés de manière scrupuleuse.
En cumulant des points, on pourra débloquer de nouveaux personnages, et parmi ceux-ci, les versions toutes en pixels de nos héros, issus des itérations Mega Drive. Possédant moins de coups que les persos modernes, ces derniers sont néanmoins plaisants à jouer pour leur côté nostalgique.

 

 

Ça cogne et ça s’entend

Niveau sonorités, les devs se sont appuyés sur des compositeurs ayant bossé sur le premier opus. Ça donne des thèmes tantôt électros, tantôt funky, qui font immédiatement penser à ceux des jeux de baston à l’ancienne, version réactualisée bien sûr.
On entend bien le bruit de chaque coup porté, que ce soit avec les pieds, les poings où les différentes armes telles que les tuyau, les sabres, les bouteilles, etc… La nostalgie atteint son comble lorsque l’on utilise les versions 16 bits des personnages, car en plus de l’apparence, les bruitages d’origine ont aussi été intégrés !

 

Taper. Casser. Manger. Recommencer

Le gameplay de Streets of Rage 4 est une preuve supplémentaire, s’il en fallait, que le soft a été conçu par des fans, pour des fans.
La façon de se déplacer, lente, le système à 3 boutons comme sur ces bonnes vieilles manettes Mega Drive, ou encore les Galsia qui se déplacent en diagonale avec leur couteau pour venir nous planter… Tout ça est absolument génial. Arriver à trouver à ce point l’équilibre entre moderniser un jeu et conserver son héritage relève juste de l’exploit!
Le système d’attaques spéciales en collectant des étoiles a été lui aussi conservé, chaque personnage ayant la sienne. Mais lorsque l’on joue les personnages pixellisés, on a droit à la fameuse attaque avec la voiture de police qui arrive et balance une roquette incendiaire. Retour direct en enfance dans les années 90!

 

Il y a enfin un système d’attaques plus lourdes, mais qui consomment temporairement notre barre de vie. Pour la remplir, il faudra frapper du malandrin en combo sans se faire interrompre, sans quoi, il faudra trouver son prochain snack en éclatant une poubelle, vous connaissez la chanson.
Le jeu est d’une fluidité parfaite, l’action est limpide, même quand ça se fout sur la tronche aux quatres coins de l’écran, et croyez-moi, quand il y a des flics violents et des punks au même endroit, ça distribue des mandats généreusement !

 

Des extras extra

Outre une histoire principale en 12 niveaux, le soft propose également :

  • Un mode choix du niveau
  • Un mode Arcade, dans lequel il faut finir le jeu complet avec un seul crédit, à l’ancienne !
  • Un mode combat de boss
  • Un mode duel
  • Les Extras qui contiennent une vraie mine d’infos sur les persos et d’artworks

 

 

Il est possible de jouer en coop jusqu’à 4 simultanément en local ou 2 en ligne.
5 niveaux de difficulté sont disponibles, allant de Facile à « Mania ». J’ai trouvé pour ma part que les niveaux normal et difficile offraient déjà un beau challenge, alors très difficile et mania, ce sera pour les masochistes!

 

Streets of conclusion

Un genre que l’on croyait disparu est de retour pour notre plus grand plaisir ! Ce nouvel opus de Streets of Rage allie nostalgie et modernité dans un cocktail de pied-bouche et de coup de batte à clous dans la tronche ! La direction artistique est juste parfaite et le gameplay fidèle aux originaux. Un pari risqué quand on sait que ces derniers ont plus d’un quart de siècle, mais néanmoins un pari réussi.
Doté d’un beau contenu pour un jeu du genre, la rejouabilité est excellente si l’on veut acquérir le rang S dans tous les niveaux, débloquer tous les personnages jouables, etc…
J’ajouterai enfin que le soft est vendu à un prix tout à fait abordable : 24,99 €. De quoi passer des heures de baston seul ou à plusieurs 😉

 


 

Avec un rapport qualité/prix plus qu’excellent, Streets of Rage 4 est un jeu indispensables à la fois pour ceux qui ont usé leurs pouces sur les pads Mega Drive mais aussi pour tout amateur de bonne baston gratuite!

 


Ce jeu conviendra aux amateurs de :

  • Streets of Rage (forcément)
  • Double Dragons
  • Final Fight

 


Les plus

  • Très beau graphiquement
  • Dans la plus pure lignée des opus Mega Drive
  • Jouable en coop à 4 en local et 2 en ligne
  • Le mode duel
  • Le contenu très riche, avec beaucoup d’hommages à la grande époque des beat’em up 16 bits

Les moins

  • Le côté rigide du gameplay qui pourra déstabiliser les non initiés

 


 

 

Vous pourriez aussi aimer

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.