[TEST] The Last of Us Part. II, une héroïne qui défonce?

Joël a fait ce qu’il pensait être le mieux. Pour lui? Pour Elie?

La relation qui s’est tissé entre les deux protagonistes est aussi sensible, que pleine de non-dits entre eux. Pourtant, ils s’aiment, ça c’est sûr. Sûr? Surtout qu’avec l’apparition de Abby, les choses vont bouger…

C’est là que The Last of Us Part.II vous lance dans l’aventure. Alors que l’introduction est peut-être moins forte en émotion que celle du 1, le titre saura vous prendre les tripes.

Nous nous retrouvons donc à incarner Elie, dans un monde plus stable que lors de nos premières aventures dans l’univers du jeu.

Jackson, ton univers impitoyable

Quelques années ont passé, nos deux héros se sont posés dans la ville de Jackson, avec quelques amis. Les choses s’organisent, malgré les infectés toujours rôdant alentours.

Elie devra donc de temps en temps patrouiller afin de les maintenir à distance. L’occasion de découvrir les fonctionnalités du jeu. Rien de très surprenant pour ce genre de titre, d’autant plus si vous avez joué au premier opus.

Les développeurs ont tout de même apporté des ajouts, dont certains non négligeables, afin de rendre le titre plus réaliste, plus immersif, plus agréable. C’est un travail très fort qui a été fait sur les détails. Les objets sont pris et mis dans le sac à dos, le personnage se place de manière adéquate, etc.

Un petit tour et puis s’en va

Le monde qui vous visiterez vous invitera à l’exploration, afin de découvrir tout ce dont vous aurez besoin pour survivre au voyage. En effet, de nombreux dangers vous attendent. Les infectés n’étant peut-être pas le pire.

Vous l’avez sans doute aperçu si vous avez vu des bandes-annonces, de nouveaux monstres croiseront votre route. À vous de vous équiper en conséquence.

Pour cela, vous pourrez ramasser du matériel, des boulons, des chiffons, des bouteilles, et pourrez fabriquez des outils, explosifs, défensifs, du soin, etc. Des établis seront disséminés çà et là afin de vous permettre d’améliorer votre équipement, augmenter la capacité de vos armes, leur stabilité, etc.

Rien de surprenant donc comme je le disais plus haut, puisque c’était déjà le principe du 1er. Mais là encore, le détail a été poussé jusqu’à vous montrer de quelle manière notre héroïne s’y prend pour le faire, à l’instar d’un Red Dead Redemption 2.

Si la violence ne résout pas tout, ce que vous ne frappez pas assez fort

Les affrontements, particulièrement avec les autres êtres humains se sont grandement améliorés. Les adversaires sont un peu plus malins, tentant de vous encercler par exemple, n’hésitant pas à utiliser des projectiles, etc. De plus, les combats se déroulent désormais dans des arènes bien plus vastes, mais permettant d’éviter totalement les combats. À vous de choisir.

En effet, les actions réalisables seront peut-être plus marquantes, le réalisme faisant son œuvre. Les ennemis agonisent, le sang gicle, la douleur se ressent plus intensément. Le jeu est d’ailleurs critiqué à ce sujet, poussant le détail peut-être trop loin, l’action peut-être trop violente. À vous de juger.

Des temps calmes seront tout de même disponibles, dans des temps d’exploration par exemple. Cependant, je préférerais parler de fouille plutôt que d’exploration. Le monde n’est pas ouvert comme peuvent l’être d’autres titres. Vous fouillez des pièces dans des zones définies, bien que relativement vastes. Parfois en tous cas.

Des récompenses intéressantes?

Je n’ai malgré tout pas trouvé que ces phases de jeu récompensaient beaucoup les efforts fournis. On peut bien sûr trouver des armes intéressantes et des moyens d’améliorer notre héroïne, mais rien de réellement extraordinaire. Quelques clins d’œil à d’autres univers?

À noter que le jeu vous propose de collecter des éléments vous permettant de débloquer des art works, dessins ou modèles 3D. Sympathiques. D’autant plus si vous êtes du genre complétiste/collectionneur.

Malgré tout, l’aventure se suit aisément ; moins « couloir » que le premier volet, puisque des zones bien plus ouvertes sont présentes, le jeu vous guide malgré tout, de manière très appuyée. Un avantage ou un inconvénient, ça sera à vous de savoir si vous aimez les RPG qui vous offrent une liberté totale, ou si vous aimez les jeux narratifs directif.

En effet, le point (ultra super) fort du jeu, c’est sa narration.

Qu’a-t-elle a nous dire?

Écoutez l’histoire de…

L’histoire vous est bien racontée, dans des cinématiques de grande qualité. Le titre est beau, c’est le moins que l’on puisse dire. Les détails sont très bien réalisés, les personnages jouent très bien, ils ont des attitudes très convaincantes, des regards parfaitement appropriés, des tics, etc.

J’ai malgré tout ressenti une certaine baisse de rythme aux environs de la moitié jusqu’à vers le troisième quart du jeu. Des moments d’exploration un peu long, un level design un peu plus brouillon. Mais le titre vous guidera rapidement si vous ne trouvez pas la solution ou votre chemin.

Ce qui, à mon sens, doit être retenu de ce titre, c’est l’histoire qu’il nous raconte.

Les polémiques n’ont pas tardé à fuser sur la toile, afin de descendre le jeu. Pour différentes raisons: l’orientation sexuelle de Elie, la violence, la jouabilité, etc. Le jeu en lui-même peut éventuellement manquer d’ambition et/ou de profondeur, mais l’histoire elle doit être prise avec un regard extérieur critique.

Tous! Jusqu’au derniers!

Tout est une histoire de vengeance et d’obsession. Tout tourne autour de ce thème. Tel Achab s’accrochant à sa chasse à la baleine, notre héroïne n’aura de cesse d’assouvir son désir. Rien ne se mettra sur sa route. Sera-ce votre cas? Votre philosophie. À vous de voir, d’y réfléchir.

La fin du titre elle-même fait grand débat. On a déjà vu des « joueurs » choisir de détruire le disque du jeu pour signifier leur mécontentement. Une pétition tourne pour demander le changement du scénario…

De mon point de vue, le titre est tel qu’il devait être. Mais cela demanderait de la raconter pour justifier cet avis. Ne comptez donc pas sur moi 😉 Pas ici ni maintenant en tous cas 😉

VERDICT
Conclusion

Ce jeu marquera sans aucun doute le monde vidéo ludique pour des années encore. Peut-être pas pour sa jouabilité cependant. Malgré les nombreuses aides d’accessibilité, raccourcis et autre, les phases de combat manquent d’un petit quelque chose. Le titre se joue comme on écoute le Boléro de Ravel: tout s’agrandit petit à petit, au cours de l’avancée dans l’histoire. C’est toujours aussi bon cependant, qu’on ne s’y trompe pas.

L’exploration mérite à mon avis plus le titre de fouille et je n’ai pas ressenti de joie immense à découvrir certains secrets. Les collectables c’est sympa, mais pas ma tasse de thé préféré.

Mais l’histoire, la mise en scène… C’est époustouflant! C’est beau, bien joué, détaillé. Et le propos du titre mérite de s’attarder dessus, calmement, posément, avec un peu de distance.

Note des lecteurs0 Note
0
✅ Points forts
Une réalisation impeccable
Le doublage français
Une technique irréprochable
Graphiquement superbe
Histoire forte et profonde
❌ Points faibles
Le gameplay manque de profondeur
Un moment creux dans le cours du 3ème quart
6.5
/10
Article en relation
[TEST] Trials Of Mana, une douceur d’antan eco+